Le pouvoir de la cocréation

On a déjà tous entendu l’affirmation « il y a plus d’idées dans 2 têtes que dans 1 » ou ce génial proverbe africain « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin« .

J’avais l’habitude de commencer une nouvelle séquence de cours par un brainstorming ou un mind mapping pour faire émerger de nouvelles idées, des associations, pour que cela crée une spirale ascendante de réflexions autour d’un sujet. Les élèves étaient d’abord gênés et ne trouvaient « rien » à dire et puis, patiemment, tout se mettait en place et je ne pouvais quasi plus les arrêter !

J’ai déjà cité 2 exemples avec le brainstorming et le mind mapping (ou schéma heuristique qui, à partir d’une idée centrale, représente le cheminement associatif des pensées), en voici 2 autres :

  • le « Me in your shoes » : cet exercice permet de réfléchir collectivement à la problématique d’un participant. Après avoir posé quelques questions, histoire de clarifier un maximum, chaque intervenant va exprimer ce qu’il ferait s’il était « à la place de » celui qui a exposé son problème ou sa question.
  • La méthode Disney : c’est une technique de créativité et de prise de décision qui se fait sous forme de jeu de rôle avec 4 intervenants :
    1. Le rêveur
    2. Le réaliste
    3. Le critique
    4. Le neutre

Cela permet de voir la situation sous différents angles et une prise en compte complète des idées en évitant la censure automatique qui nuit à la pensée créative.

Il existe de multiples méthodes pour stimuler « l’intelligence collective ». Celle-ci part du principe de mettre en commun les compétences, les connaissances, les créativités des différents membres du groupe pour solutionner des problèmes mais surtout de se rassembler autour d’un objectif commun. Il ne s’agit donc pas seulement de devenir plus performant individuellement ou collectivement mais de bénéficier de plus de bien-être de manière générale.

Et c’est surtout là que je veux en venir : l’intelligence collective est avant tout un état d’esprit : permettre au groupe et à soi-même d’aller plus loin, de se motiver et se dépasser, de prendre confiance en soi mais en l’autre aussi.

Ces interactions révèlent les diversités pour générer une synergie qui, justement, transcende les individualités et amène l’unité autour d’un objectif commun.

Enfin, le pouvoir de la cocréation aboutit à un résultat positif, un sentiment de bien-être, de motivation et de gratification. Il offre la possibilité d’être un acteur du changement tout en faisant partie d’un collectif.

J’ai la chance d’avoir trouvé plusieurs groupes de cœur. Vous savez, ces collectifs qui augmentent le sentiment d’appartenance, de liens et qui poussent à donner le meilleur de nous-mêmes ?

Plusieurs études ont démontré que les personnes rejoignant un groupe avec les mêmes valeurs, les mêmes objectifs ou les mêmes centres d’intérêts se sentent plus heureuses. Je vous parle d’un de ces groupes dans une autre publication !

1 réflexion sur “Le pouvoir de la cocréation”

  1. Ping : Celle qui est en connexion - Will for Change - Inlight-out.com sommet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page